angle-left V-Quiz: de l'idée à l’app
Source: Photo by NeONBRAND [1] on Unsplash [1]
Source: Photo by NeONBRAND [1] on Unsplash [1]
  • Loisir

V-Quiz: de l'idée à l’app

Que fait un agent général lorsqu’il constate que ses conseillers-clientèle ont rapidement besoin de crédits Cicero supplémentaires pour remplir leurs obligations en matière de formation continue? C’est tout simple: il développe un outil virtuel leur permettant d’acquérir en tout temps et en tout lieu les dernières connaissances disponibles. Son auteur, Thomas Köhler, évoque les hauts et les bas sur le chemin qui mène de la bonne idée de départ à l’application virtuelle de celle-ci en passant par la création de sa propre entreprise

Au commencement était l’idée

En ma qualité d’agent général dans le secteur de l’assurance, j’étais notamment chargé de surveiller et d’encourager la formation continue des conseillers-clientèle qui m’étaient subordonnés. Or, certains d’entre eux avaient du mal à récolter le nombre nécessaire de crédits Cicero dans les délais: ils ne trouvaient pas de formation pertinente ou manquaient de temps tout simplement. J’ai alors eu l’idée de développer une application proposant une formation en ligne. Suivant la devise «Ne jamais sous-estimer le pouvoir de la simplicité», l’outil devait avant toutes choses être simple. Un quiz où l’utilisateur sélectionne la bonne réponse parmi les quatre solutions proposées m’a alors semblé la solution idéale. C’était les prémices du «V-Quiz», un questionnaire à choix multiple dédié à l’assurance.

C’est le début de l’aventure …

Je me suis rapidement aperçu que le quiz devait uniquement revêtir la forme d’une application. L’idée étant en effet de pouvoir apprendre de partout et n'importe quand. Comment s’y prendre? De quoi faut-il tenir compte? Après les premières recherches, le projet s’est avéré un peu plus complexe que ce que j’avais cru à l’origine. Pour autant, cette idée ne me quittait plus. Je me suis alors lancé dans l’aventure de la création de ma propre application.

 

1re étape: l’étude de marché

En général, un produit est rarement développé avant une étude circonstanciée du marché afin de clarifier la demande. Or, seul et sans grande expérience ni budget, j’ai dû me contenter d'un mini-sondage auprès de quelques collègues. J’avais bien conscience de la petitesse du marché suisse et de l’offre pléthorique de formations gratuites à la disposition des conseillers-clientèle salariés, notamment en interne. Mon idée d’une app ludique et didactique rencontrait néanmoins un écho favorable auprès des personnes interrogées. J’ai donc décidé de poursuivre mon projet; dans l’espoir qu’un assureur ou l’autre reprendrait l’application dans son programme de séminaires.

2e étape: le concept

Avoir l’idée d’une application est une chose. La coucher sur le papier en est une autre. Il me fallait commencer par consigner les processus-clés et leurs enchaînements sous la forme d'un diagramme logique et compréhensible. Chaque fonction implique une étape complémentaire du processus. La difficulté consiste à combiner un nombre le plus limité possible de processus simples pour obtenir un ensemble en parfait état de fonctionnement.

((Légende:)) Exemple de diagramme de processus

 

3e étape : le développeur

Mon diagramme de processus sous le bras, je me suis alors mis à la recherche d'un partenaire pour la phase de concrétisation de l’application. J’ai comparé les sites web de différentes sociétés spécialisées dans le développement d’outils en ligne. Le critère déterminant pour moi a toujours été celui de la simplicité. Mon app devait être simple, claire, informative et néanmoins attrayante. Il fallait que je déniche la personne capable de concevoir un tel site pour elle-même, car j’estimais qu’une telle personne était forcément le partenaire idéal pour mon projet.

 

4e étape: le workshop

L’importance que l’on accorde à une idée se mesure à l’argent que l’on est prêt à y investir. Avec ce que m’a coûté le workshop avec le programmateur, j’aurais pu m’offrir une petite voiture. Et lorsque je suis rentré chez moi avec seulement quelques graphiques colorés dans les mains, lesdits «mock-ups», je dois avouer que je me suis demandé un instant si j’avais bien pris la bonne décision. Mon idée prenait néanmoins enfin forme! Cette joie a supplanté tout le reste, même si, dans un premier temps, j’ai dû faire l’impasse sur certaines caractéristiques comme le fait de proposer l’app en plusieurs langues ou son référencement. 

((Légende:)) Exemple de mock-up

 

5e étape: le contenu

Un questionnaire à choix multiple implique des questions et des réponses. C’était à moi de les rédiger, et j’avais largement sous-estimé ce travail. Si les 100 premières questions ont été un jeu d’enfant, les suivantes ont nécessité beaucoup de temps, d’assiduité et d’imagination pour arriver à couvrir les différentes branches de l’assurance et ses nombreuses thématiques. J’ai rassemblé près de 7130 questions jusqu’à aujourd'hui, réparties en questions basiques et questions pour expert. Et, bien évidemment, toujours avec une bonne réponse et trois réponses erronées. To be continued …


6e étape: l’accréditation

Le meilleur mock-up et les contenus les plus intéressants qui soient d'une offre de formation continue ne servent à rien si l’enseignement dispensé n’est pas reconnu. L’étape suivante m’a donc mené à Cicero. La responsable Cicero, Nicole Pfister, s’est dès le départ montrée très enthousiaste et intéressée par le projet. L’idée d'une app reposant sur un questionnaire à choix multiple dédié au secteur de l’assurance consistait en une réelle innovation pour elle aussi, parfaitement adaptée aux tendances à la numérisation et à la ludification (gamification). Grâce à ses conseils et suggestions, j’ai pu concevoir mon produit de telle sorte qu’il obtienne l’accréditation Cicero. A cette occasion, j’ai réalisé que pour être considéré comme un prestataire de formation, il me fallait créer une société. Il semblait bien que l’aventure du V-Quiz allait aussi faire de moi un startupeur.

 

7e étape: le feu vert

L’app V-Quiz n’existait jusqu’ici que sur le papier, il était temps de convertir l’idée en un programme informatique. L’expérience du premier workshop m’avait déjà fait prendre conscience d’une chose: le travail du programmateur aurait un prix. Après nous être accordé sur une offre, je lui ai donné mon feu vert pour la mise en œuvre – j’avais désormais définitivement dépassé le point de non-retour.

 

8e étape: l’avocat

Tout apprenti créateur d’une société a intérêt à demander conseil à un avocat. Une nouvelle fois, l’Internet m’a rapidement fourni la bonne adresse. Je suis tombé sur un cabinet spécialisé dans les questions numériques auquel j’ai pu confier l’examen du contrat passé avec mon fournisseur ainsi que celui des CGV, de la déclaration de confidentialité sans oublier l’examen juridique des mesures commerciales.

 

9e étape: de l’art du jonglage

Ce qui a suivi s’est avéré la partie la plus nerveusement éprouvante de tout cette aventure. Programmation, avocat, accréditation, catalogue de questions, création de société, publicité – il me fallait lancer toutes les balles de mon projet en l’air en même temps et les y maintenir sans jamais rater les enchaînements. C’est surtout la programmation qui a nécessité une intense collaboration. J’ai alors appris énormément de choses en termes d’UX. Cette abréviation bizarre signifie «User Experience». L’expérience utilisateur comprend tout ce qui constitue l’expérience vécue avec une app, comme sa convivialité, son graphique et son design.

 

10e étape: la création d’entreprise

Alors que la programmation de l’app était dans la dernière ligne droite, j’ai créé la Zaigen GmbH avec l’aide d'une société spécialisée dans les start-up. Expliquer l’histoire de cette appellation et sa raison d’être prendrait tout un blog. Je me contenterai donc de préciser qu’aucune agence de publicité n’a été impliquée, ni aucune étude de marché réalisée au préalable. Bien au contraire, ce nom s’est imposé de lui-même au cours du projet – une sorte de révélation.

 

11e étape: la phase de test

La première version présentable de V-Quiz a été un moment fort empreint de joie et de fierté. Je n’ai eu aucun mal à trouver des cobayes pour tester l’app sous toutes ses coutures. Si l’app fonctionnait plutôt bien sur les smartphones, elle n’était, par contre, utilisable que sur les iPhone d’Appel dernières générations. Après quelques tests complémentaires et une touche finale, le V-Quiz était mûr – au départ, dans une version encore très lente.

 

12e étape: les démarches administratives

Avant la publication, il ne me restait plus que deux choses à régler: l’accréditation du V-Quiz par Cicero et l’inscription du nom et du logo au registre des marques. Aussitôt dit, aussitôt fait.

 

13e étape: le changement d’équipe

Un dernier obstacle m’attendait sur la ligne d’arrivée: comme l’entreprise qui s’était chargée de la programmation de l’application avait entre-temps réorienté ses activités, j’ai dû chercher un nouveau prestataire pour la maintenance, le suivi et le développement futur de l’application. Là encore, tout s’est passé très vite – grâce à un appel d’offres sur un site dédié. Le nouveau partenaire a même fourni des idées pertinentes et amélioré la rapidité de fonctionnement du V-Quiz.

 

14e étape: la commercialisation

Grave erreur que de croire son travail fini dès la publication de son application. Pas d’utilisateurs sans publicité! Et comme une start-up ne dispose généralement pas d'un gros budget, alors mieux vaut prendre soi-même les choses en main. Sites web, blogs, réseaux sociaux: il n'y a que l’embarras du choix pour faire connaître son produit d’un plus large public. Les choses ne se font néanmoins pas toutes seules. Pour être vu, il ne faut pas se cacher en espérant être trouvé. C’est pourquoi je tiens à remercier Cicero de m’avoir offert la possibilité de parler sur ce blog de tout le chemin parcouru depuis l’idée de l'app jusqu’à sa réalisation. J’espère avoir réussi à éveiller votre intérêt. N’hésitez pas à essayer le V-Quiz. Amusez-vous bien!

 

 

 

Le V-Quiz en quelques mots

  • Jeu, plaisir et formation, tout en un
  • Pour Android et iPhone
  • Seule application de formation continue librement accessible et accréditée Cicero
  • Unique en Suisse, à partir de juillet 2019 également disponible en Allemagne
  • Croissance continue du degré de notoriété et du nombre d’utilisateurs
  • Utilisée par les apprentis et les futurs commerciaux notamment pour se préparer à l’examen de l’AFA
  • De plus amples informations sous www.v-quiz.ch

Auteur
Thomas Köhler

Thomas Köhler, fondateur de Zaigen GmbH, mes valeurs: honnêteté, ouverture d’esprit, transparence ; «La valeur d'un homme se mesure au respect qu’il a de sa parole donnée.»