Saut au contenu
Applications (portlets) imbriquées Applications (portlets) imbriquées
Affichage de contenus web Affichage de contenus web

Frequently Asked Questions

Affichage de contenus web Affichage de contenus web

Ci-après, le Service Cicero de l'AFA répond aux questions fréquemment posées.

Applications (portlets) imbriquées Applications (portlets) imbriquées
Affichage de contenus web Affichage de contenus web
Qu’est-ce-que Cicero et d’où vient ce nom?

«Cicero. Certified Insurance Competence» est le registre des intermédiaires d’assurances suivant régulièrement des formations; il s’agit d'un nouveau label de qualité introduit par le secteur de l’assurance afin d’attester du professionnalisme de ses conseillers à la clientèle.

L’appellation Cicero se compose des trois premières lettres de «Certified Insurance Competence» et est complété par la terminaison «ero» afin d’être plus accrocheuse.

Qui se cache derrière Cicero?
Derrière «Cicero. Certified Insurance Competence» se cachent les assureurs suisses, c’est-à-dire les compagnies d’assurances et les organisations sectorielles comme la Fédération Suisse des Agents généraux d’Assurances (FSAGA), l’Association Suisse des Courtiers en Assurances (Swiss Insurance Brokers Association, SIBA) etc. L’émetteur est l’Association Suisse d’Assurances ASA. Les différentes organisations et leurs membres participent à titre facultatif.
Pourquoi les assureurs ont-ils besoin d'un registre de la formation continue et d'un label de qualité?

Toute une série de bonnes raisons justifient la création du label Cicero. En l'occurrence, les deux motifs suivants ont été décisifs:

  • Toute accréditation sur le registre Cicero atteste des compétences professionnelles du conseiller en assurances considéré.
    Seuls ceux qui ont suivi une formation de base bien précise peuvent devenir membres de Cicero ; et pour le rester, ils doivent suivre régulièrement des formations continues.
  • Il y a déjà plusieurs années que les discussions vont bon train au niveau européen pour la mise en place de réglementations complémentaires portant sur la formation initiale et la formation continue des conseillers à la clientèle. En instaurant Cicero, les assureurs préviennent toutes nouvelles directives qui serait dictée par le gouvernement.
Cicero concerne-t-il tous les intermédiaires d’assurances exerçant en Suisse?
En principe oui. Cicero a été lancé à l'initiative de l’ASA. Le registre des formations continues est censé devenir le seul registre de la branche de l’assurance. Il s’agit d'un signal fort de la branche qui entend ainsi montrer aux clients qu’elle a entendu leur aspiration à recevoir un conseil de qualité.
En quoi ce label est-il synonyme de qualité?
  • Pour être inscrits sur le registre, les conseillers doivent pouvoir attester d'une formation initiale bien précise et s’engagent à suivre régulièrement des formations continues. Lorsqu’un intermédiaire d’assurances ne remplit plus ses obligations, son nom est supprimé du registre. Ainsi, les clients peuvent vérifier très facilement si leur conseiller en assurances est membre de Cicero.
  • Cicero n’accepte de valider que les formations dûment homologuées. Consultez le site web pour connaître les critères de qualité devant être remplis par une offre de formation afin d’obtenir l’homologation.
Que se passe-t-il si un intermédiaire ne récolte pas les 60 crédits requis dans les deux ans?

La période d’attestation est alors prolongée de trois mois au maximum. Cela laisse le temps au conseiller de suivre des formations lui permettant de cumuler les crédits manquants. S'il n’y arrive pas, son inscription sur le registre Cicero est suspendue. Les intermédiaires d’assurances concernés n’apparaissent ainsi plus sur le registre sectoriel officiel.

Pour valider de nouveau leur inscription, ils doivent passer un examen écrit. S’ils le réussissent, leur compte personnel de formation est ensuite réactivé.

Qu’est-ce que Cicero m’apporte en tant que consommateur?
Un conseiller à la clientèle qui veille à se former en continu dans le cadre d'un système bien établi se caractérise par des connaissances toujours au fait de l’actualité. Comme il s’entraîne régulièrement, il connaît les questions à poser pour savoir ce dont j’ai besoin. Par ailleurs, par cet entraînement régulier, il reste intellectuellement alerte et maître de son sujet. Il donne, dès lors, une bonne impression.
Quel est l’intérêt de Cicero pour les acteurs économiques et politiques?
  • Cicero soutient la protection des consommateurs, c’est-à-dire celle des assurés, et offre la meilleure transparence possible concernant les qualifications de votre conseiller en assurances.
  • Cicero remplit déjà les critères portant sur les formations initiales et continues qui sont en discussion au Parlement depuis le printemps 2016 et doivent figurer dans la loi sur les services financiers LSFin. Au regard de la discussion politique actuelle, le registre sectoriel des assureurs fait figure d’exemple dans le monde de la finance.
  • Si le discours officiel évolue bien dans le sens des assureurs, l’actuel registre des intermédiaires tenu par la Finma devrait être transféré dans le registre sectoriel Cicero. Il y aurait alors un unique registre central qui consigne les formations suivies par les conseillers et permet de sanctionner tout manquement avéré.
Mais, un registre des intermédiaires existe déjà – pourquoi en introduire un second ? Sur lequel vaut-il mieux être inscrit?

L’Autorité de surveillance des marchés financiers Finma tient un registre central sur lequel doivent s'inscrire les intermédiaires non liés (courtiers, maklers et brokers). Pour tous les autres intermédiaires d’assurances (conseillers à la clientèle liés et/ou salariés), l’inscription est facultative. Les intermédiaires d’assurances doivent remplir certaines conditions (personnelles, compétences professionnelles et responsabilité civile) pour être inscrits sur le registre de la Finma. En conséquence, le registre des intermédiaires de la Finma régit l’accès au marché ; il ne va pas plus loin. Pour de plus amples informations à ce sujet, consultez le site de la Finma www.finma.ch.

En créant Cicero, les assureurs ont mis en place leur propre registre qui consigne les formations continues suivies par leurs intermédiaires d’assurances, obligeant ces derniers à se former en permanence tout au long de l’exercice de leur activité professionnelle. C’est la raison pour laquelle, nombre d’assureurs ne recommandent plus aujourd'hui à leurs employés que l’inscription sur le registre Cicero. Au niveau politique, les réflexions vont bon train pour le rapprochement des deux registres. Toutefois, aucune mesure concrète ne devrait être prise avant 2018.

La jungle des labels s’opacifie encore. Quel est concrètement l’intérêt du label Cicero pour les assurés?

Un label de qualité constitue la reconnaissance d'une prestation, mais est aussi une indication que certains critères et prescriptions sont bien respectés concernant la qualité d'un produit ou d'un service. Les personnes qui achètent des produits labellisés bio savent rarement ce que cette appellation recouvre. Ce qui compte, c’est la confiance qu’inspire un certain label.

Ce sont les paramètres mesurables qui se cachent derrière le label Cicero:

  • Seuls les conseillers en assurances pouvant attester d'une formation de base peuvent devenir membre de Cicero.
  • Et seuls ceux qui veillent à suivre régulièrement des formations continues et accumulent ainsi les points (credits) nécessaires peuvent rester inscrits sur le registre Cicero.
  • Par ailleurs, seules les formations ayant obtenu l’homologation Cicero donnent droit à des points. Chaque cours et chaque séminaire est soumis à un examen avant d’obtenir l’homologation correspondante (se reporter aux informations sur le site www.cicero.ch).